Blog

Five Hearts, innover pour scolariser les enfants du Togo

En 2016, la Fondation Thales a distingué le projet de l’association Five Hearts de création d’un centre multimédia dans le Nord du Togo. Cofondée huit ans auparavant par un collaborateur Thales, cette ONG a ainsi pu franchir une étape importante de son développement mais aussi faire connaître son action et susciter un élan de solidarité dans le Groupe et au-delà.

 

 

 

Five Hearts, c’est d’abord l’histoire d’une amitié. Damien Gillette est responsable projets chez Thales. C’est aussi un basketteur passionné, entraîneur au Stade Français. Pour lui, tout commence en 2008 lorsque Dodzi Degboe, l’un de ses anciens joueurs du club de Saint-Maur (dans l’Est parisien) reprend contact. On imagine la conversation : « Coach, au Togo, seulement un enfant sur deux va à l’école primaire et un sur cinq au collège. Les autres doivent travailler. Tout cela parce qu’une année scolaire coûte l’équivalent de 50 €. En sacrifiant seulement un mois de mon salaire au SMIC, je pourrais scolariser 30 enfants. J’ai besoin de ton aide. »

 

De l’indignation au projet

 

Deux mains se serrent, un engagement est pris, de ceux qui ne sont pas facilement rompus. Les statuts de Five Hearts sont rapidement déposés. L’idée est simple : 50 € gagnés = 1 enfant togolais scolarisé. Six adhésions et un tournoi caritatif de basket plus tard, 600 € sont réunis. Il ne reste plus qu’à identifier 12 enfants. Mais attention, pour la mise en œuvre, il convient d’être prudent. Il ne s’agit pas de donner l’argent à n’importe qui ou de le voir détourné de son objet. Tout d’abord : cibler les bénéficiaires.

 

« Nous nous sommes demandé pourquoi tant d’enfants allaient à l’école primaire mais pas au collège. Nous avons découvert que, dans de très nombreux cas, les familles retiraient leurs enfants de l’école à l’occasion du décès de l’un des parents. Privées d’un revenu elles se trouvaient dans l’impossibilité de payer la scolarité et mettaient l’enfant au travail » explique Damien.

 

 

Avec l’aide d’André Kékéou Banguina, ingénieur agroalimentaire et ancien professeur à Lomé, 12 enfants sont identifiés. Tous ont été scolarisés et ne le sont plus suite au décès d’un parent. Rares sont ceux qui mangent à leur faim. Five Hearts passe un pacte moral avec le tuteur de chaque enfant : celui-ci s’engage à scolariser l’enfant et l’association paye les frais. Jusqu’au bac.

 

Tout a démarré comme cela :

  • 12 enfants en 2008
  • 24 enfants en 2010
  • 43 enfants en 2013
  • 70 enfants en 2014
  • 110 enfants en 2015

 

Mais Dodzi, Damien, leurs épouses, leurs amis basketteurs, les collègues de Damien chez Thales n’en sont pas restés là. Depuis 2010, tous les étés, 11 volontaires passent trois semaines au Togo à leur propre frais. Au programme de ce « camp humanitaire » : soutien scolaire, animations sportives et culturelles, mais aussi recherche de nouveaux contacts de confiance et de nouvelles opportunités d’appliquer la méthode Five Hearts, notamment dans le Nord du pays. Et les projets se succèdent : en 2013 l’association fait construire une bibliothèque à Lomé et noue un partenariat avec un centre médical pour veiller à la santé des enfants.

 

 

Lauréat de la Fondation Thales 2016 : de la goutte d’eau à la tâche d’huile

 

C’est en 2014 que Delphine Baudouin, responsable commerciale chez Thales et membre du bureau de l’association a l’idée de répondre à l’appel à candidatures de la Fondation Thales. La première participation est un échec mais, en 2015, Five Hearts, mieux préparée, revient à la charge avec un projet plus en phase avec les priorités sociétales et les grands enjeux éducatif qui sont au cœur des missions de la Fondation : la création d’un centre multimédia et d’apprentissage e-learning à Niamtougou, dans le Nord du Togo. Et ça passe !

 

Les 9 236 € versés par la Fondation sont les bienvenus car tout est à faire : achever et agrandir la construction, clôturer le terrain et engager un gardien de nuit, équiper les salles, former des professeurs d’informatique… En France comme au Togo, Five Hearts déploie une telle énergie que, le 5 août 2017, le centre peut enfin être inauguré !

 

 

Obtenir le soutien de la Fondation Thales c’est aussi bénéficier d’une exposition à laquelle cette petite association n’était pas habituée. Damien se souvient avec quelque émotion de tous ces bénévoles qui ont réuni des dons, de ces collègues qui l’ont interpellés à la cantine, de l’Association Sportive de Thales qui a donné des tee-shirts, de son invitation à un management meeting et de ces directeurs qui ont donné tablettes, PC et vidéo-projecteurs, de son client chez Airbus, qui a lui aussi donné des ordinateurs…

 

Aujourd’hui, 100 élèves utilisent le centre multimédia de Niamtougou au quotidien et plus de 1000 peuvent y accéder sur demande. Five Hearts compte déjà, parmi ses premiers élèves, 22 bacheliers et même un jeune chercheur qui débute une thèse à Toulouse. Quant à Damien, vous le connaissez, c’est par le basket qu’il changera le monde. Il paraît que la fédération togolaise a besoin de coachs bien formés…

 

Pour plus d’informations contactez la Fondation : foundation@thalesgroup.com