Ceinture verte littorale au Sri Lanka pour assurer la protection contre les catastrophes naturelles – Jaffna, Sri Lanka

Soutenu par Darshani Kanagaratnam, Ingénieur en chef Systèmes – Offres (Dubaï, Émirats Arabes Unis)

Thématique : Urgence humanitaire / Prévention des catastrophes naturelles

Lieu de mise en oeuvre : Kayts, Jaffna, Sri Lanka

Organisation : Consortium of Humanitarian Agencies (CHA)

Lauréat 2017

La division administrative Kayts DS est l’une des îles du nord du Sri Lanka. La zone côtière a souffert de la guerre civile, d’épisodes fréquents de sécheresse et du tsunami de 2004. Les habitats, qui incluent la mer et l’environnement côtier, ont toujours offert d’inestimables richesses tangibles à cette région et ses habitants. Ils ont besoin d’être protégés contre les effets nocifs de l’érosion marine et éolienne, contre les polluants provenant des déversements, tout en contribuant à la valeur économique et esthétique de la zone.

Le projet a plusieurs objectifs : réaliser des barrières végétales respectueuses de l’environnement offrant le meilleur potentiel de protection contre les impacts des catastrophes naturelles ; concevoir la composition et l’aménagement d’une ceinture verte, là où cette écologisation est jugée nécessaire pour la conservation, la protection du littoral et du point de vue architectural ; reboiser le littoral et restaurer les habitats naturels avec les espèces végétales existantes et d’autres espèces acceptables sur le plan écologique et biophysique. Mais aussi désenvaser certaines mares, ce qui permettra de nettoyer les plans d’eau et d’augmenter leur capacité de stockage, et ainsi de bien gérer la sécheresse.

Le projet s’attachera à mettre en place une intervention reproductible pour lutter contre le manque d’eau dans un environnement actuellement aride qui a provoqué une catastrophe environnementale, proposer des solutions durables pour se relever d’une crise humanitaire et mettre en œuvre des stratégies d’atténuation des risques de catastrophe naturelle.

 

Bénéficiaires

L’île de Kayts compte plus de 10 000 habitants, dont 85 % vivent en dessous du seuil de pauvreté. La moitié des familles dépendent des subventions de l’État. Le travail d’ouvrier ne génère aucun revenu entre mars et novembre.
Kayts figure à la 97e place du classement des zones éducatives du Sri Lanka, le décrochage scolaire ne cesse d’augmenter et plus de 3 000 jeunes sont au chômage, la pratique du potager est inexistante mais de toute façon porterait préjudice à l’agriculture à cause du manque de ressources en eau. La sécheresse a des impacts importants sur la population du Kayts: le manque d’eau pour la consommation, pour l’assainissement et autres besoins élémentaires, et pour des conditions de vie décente a des effets négatifs sur les familles, notamment sur leurs moyens de subsistance.

Organisation
Témoignages

Le Consortium of Humanitarian Agencies (CHA) croit au respect de la diversité ainsi qu’à la défense des droits fondamentaux et de la liberté, pour offrir à tous les Sri-Lankais l’égalité des chances en matière de développement. Il a plusieurs objectifs : réunir les la communauté humanitaire pour aborder les problèmes critiques qui concernent leur travail ; promouvoir des politiques efficaces et un environnement sain pour renforcer le travail des ONG et multiplier les possibilités dede soutien ; plaider pour la responsabilité, une collaboration effective et la coordination entre le gouvernement, les donateurs et les humanitaires et au sein de chacun d’eux ; être un centre d’excellence qui recueille, analyseet diffuse l’information.

Site web

« L’adversité prolongée déprime les gens et les amène à se demander si cela vaut la peine de vivre. L’intervention humanitaire ne devrait jamais hésiter quand une population n’est pas en capacité de faire face à la guerre civile, un tsunami, la sécheresse ou des menaces physiques. J’ai décidé qu’il fallait agir, trouver de l’argent, du temps, des ressources, au lieu d’attendre que cela vienne. Je pense qu’aider les gens est une occasion d’apprendre d’une façon plus générale à gérer un projet, gérer le temps, trouver l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, et penser différemment. Avant tout, cela nous apprend le sens de la vie. Agissons pour améliorer la vie des autres tant que nous en avons la possibilité. »

Darshani Kanagaratnam, Ingénieur en chef Systèmes – Offres (Dubaï, Émirats Arabes Unis)