LastQuake, une application pour réduire des risques liés aux séismes

10502129_499202303544374_4049746322753707271_n

Quoi ?

LastQuake est une application unique d’information sismologique. Avec ces 130 000 utilisateurs actifs, elle est largement plébiscitée par les témoins de séismes. LastQuake ne s’intéresse qu’aux séismes ressentis par les populations, et délivre une information préliminaire en moins de 2 minutes après les premières secousses ressenties. Complétée par un fil Twitter et un site internet, ce dispositif est unique par sa capacité de collecte rapide de témoignages.

Ce projet vise à améliorer la prévention face aux risques sismiques, en offrant au citoyen un rôle actif d’information grâce aux nouvelles technologies et aux réseaux sociaux.

Comment ?

Grâce aux technologies utilisées (flashsourcing et crowdsourcing), il s’agit d’identifier le plus rapidement possible l’existence de séismes d’intérêt pour le public, via les premiers tweets et posts d’internautes afin de pouvoir fournir de l’information, au bon moment et aux bonnes personnes, pour sauver des vies.
En cas de séisme destructeur, LastQuake rappellera les principales consignes de sécurité pour limiter les sur-accidents et les comportements à risque, ces informations sont données dans la langue du pays. L’application Smartphone intègre un bouton « Je suis en sécurité » qui permet également à chaque personne impliquée de prévenir rapidement ses proches et ce, en utilisant le minimum de bande passante, une ressource précieuse en cas d’urgence.

Les points lumineux blancs représentent les ouvertures de l’application par les témoins suite à la secousse ressentie à l’épicentre signalé par le point rouge

Pourquoi ?

Les séismes sont un des principaux risques naturels à l’échelle du globe et constituent une menace pour un grand nombre de pays. Depuis 2010, plus de 500 000 personnes ont trouvé la mort en raison d’un séisme, d’un raz-de-marée ou de leurs effets indirects, notamment à Haïti (2010), au Japon (2011), aux Philippines (2013) et en Chine (2014).
Au Népal, plus de 7 000 témoignages et 100 photos géo-localisées ont été collectés lors du choc dévastateur du 25 avril 2015. À l’issue de cette crise, les utilisateurs népalais ont exprimé le souhait de voir inclure à l’information en temps réel les consignes de sécurité à suivre après un tremblement de terre.

Objectifs

C’est précisément sur ce point que le CSEM et la fondation Thales ont décidé d’allier leur
expertise. L’objectif commun est de systématiser la diffusion des premières consignes de sécurité qui faciliteront les opérations de secours et limiteront les comportements inadaptés, notamment en atténuant l’anxiété des populations.
Des recherches seront également menées afin de mettre en place des procédures de détection rapide des glissements de terrain. Cette détection est possible via l’analyse des publications faites sur les réseaux sociaux grâce aux plateformes développées par Thales, dont la cartographie est essentielle pour l’organisation des secours.

Bénéficiaires

Sont ciblés tous les témoins potentiels pouvant transmettre des observations, soit entre 3 à 5 millions de bénéficiaires par an à l’échelle du globe, concernés par les quelques 1 500 séismes traités chaque année par Lastquake. A ce jour, déjà plus de 130 000 personnes ont téléchargé l’application, le fil Twitter compte 16 000 abonnés et le site internet reçoit 1,5 millions de visiteurs par mois

• Il s’agit en particulier de promouvoir le dispositif dans les zones à risque et notamment isolées.

• Les intermédiaires/OSBL spécialisés dans l’urgence humanitaire sont également des utilisateurs de ce service.

L’organisation : CSEM

Association à but non lucratif, le CSEM (Centre Sismologique Euro-Méditerranéen) fédère les instituts et observatoires sismologiques de la région Euro-Méditerranéenne, de la Russie au Maroc et de l’Islande à Oman. Il comprend 85 instituts membres de 56 pays différents et couvre 3 missions principales missions : l’information sismologique en temps réel pour le public, des services dédiés à destination de la communauté scientifique et la promotion de la collaboration scientifique autour du bassin Méditerranéen en collaboration avec l’UNESCO.
Son objectif est d’améliorer ses services à destination du public et de ses membres en intégrant aussi rapidement que possible les nouveaux développements technologiques

En savoir plus

CSEM
Citizen seismology
Facebook
Twitter
Vous pouvez téléchargez l’application LastQuake sur iOs et Android

10502129_499202303544374_4049746322753707271_n